Maison Moinet et Whisperies

Maison Moinet - Whisperies : portrait croisé

Publié le 05/12/2017

Maison Moinet - Whisperies : portrait croisé

Quand une confiserie emblématique du bassin vichyssois depuis plus d’un siècle rencontre une startup qui chuchote des histoires aux enfants, que se racontent-elles ?


Si ce n’est leur naissance à Vichy - la première ayant installé sa boutique historique rue Source-de-l’Hôpital en 1852, la seconde ayant posé ses ordinateurs à l’Atrium devenu son camp de base en 2014 - peu de points communs semblent rapprocher la Maison Moinet et Whisperies. Et pourtant...

Pour Adeline Fradet, cofondatrice et présidente de la plus grande bibliothèque de livres numériques animés destinés aux enfants (de 2 à 10 ans), comme pour Lucas Michaille, représentant de la 7e génération, la cité thermale constitue LE lieu où ils ont voulu s’établir.

Un choix de ville fondateur

C’est son arrière-grand-père maternel Rémi Moinet qui, après avoir acheté la source Roger à Hauterive, a fait du magasin familial une véritable PME comptant actuellement une quarantaine de salariés. «Ayant toujours baigné dans l’univers de la confiserie, j’avais besoin et envie de découvrir autre chose.» Son Master en poche, Lucas Michaille s’installe à Paris pour travailler dans le domaine du spectacle. Il en profite aussi pour faire ses classes de vendeur dans la boutique Moinet ouverte début 2015 au cœur de l’île Saint-Louis. «Le voisinage du célèbre glacier Berthillon nous a donné l’idée de lancer notre Galerie des glaces, place Victor Hugo à Vichy l’été dernier.» Les confiseries Moinet ont par ailleurs investi le bâtiment Art nouveau d’une ancienne pharmacie de la place Royale à Clermont en 2016. 

Parce qu’à Paris «l’herbe n’est pas plus verte qu’à Vichy, ni le bonbon plus bon», Lucas Michaille décide en février 2017 de revenir dans le giron de l’entreprise familiale. «Je me sens prêt à me consacrer à la fabrication de nos pastilles estampillées Bassin de Vichy, sans oublier nos caramels, bonbons et autres chocolats...» 

Porteuse d’un projet numérique pour lequel tout reste à inventer, Adeline Fradet lui demande comment il compte faire évoluer une entreprise ancrée dans la tradition. «Chaque génération apporte sa touche personnelle d’innovation pour renouveler une offre gourmande susceptible de plaire aux petits comme aux grands et de faire naître ou renaître les saveurs de l’enfance.» 

L’esprit de famille aussi !

Son retour au pays «coulant de source», Lucas Michaille interroge Adeline Fradet sur les raisons qui l’ont poussée à quitter la région parisienne pour venir s’enraciner dans une ville comme Vichy avec son mari et leurs deux fils (aujourd’hui âgés de 5 et 8 ans). «Nous voulions lancer notre startup sans être noyés dans la masse et trouver des interlocuteurs à notre écoute. Le terreau vichyssois permet à notre jeune pousse de s’épanouir» et de décrocher le Trophée du livre numérique 2015. 

Même après avoir bouclé sa première levée de fonds (580.000€ auprès de Jérémie Innovation 2) début 2017, Whisperies choisit de rester à l’Atrium. «Nous avons été accueillis à bras ouverts dans cette pépinière d’entreprises à deux pas de la gare SNCF. Passant de 18 m2 à plus de 100 m2, notre équipe est aujourd’hui forte de neuf membres investis à 200 %, la semaine et le week-end ; car chez nous, on ne recrute pas, on engage !» 

«Avec la bienveillance comme maître-mot et l’innovation comme marque de fabrique, on grandit ensemble dans l’esprit de famille startup. En lien avec notre écosystème, nous affinons en permanence notre produit et participons à des salons (Paris Games Week et 
Educatec en novembre) en France et à l’étranger.»

www.whisperies.com

www.facebook.com/maisonmoinet/


Whisperies sur Télématin :

Découvrez une saison en hiver à l'Opéra de Vichy, du 11 novembre 2017 au 24 avril 2018

La ville de Vichy utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site. En savoir plus