RichardBerry-Plaidoiries.jpg

Richard Berry à la barre

?Photographie de Céline Nieszawer
Publié le 23/01/2020

Richard Berry à la barre

À Bobigny, Gisèle Halimi défend l’avortement. En 1976, c’est à la peine de mort que Paul Lombard s’attaque, en voulant éviter la peine capitale à Christian Ranucci. À Clichy-sous-Bois, Jean- Pierre Mignard défend les familles de Zyed Benna et Bouna Traoré, électrocutés dans un poste électrique pour avoir tenté d’échapper à un contrôle de police. En 2006, l’acte infanticide de Véronique Courjault lève le tabou du déni de grossesse. À Bordeaux, le procès de Maurice Papon revisite les heures sombres de l’Histoire de France. Le 26 janvier, à l’Opéra de Vichy, Richard Berry nous fait revivre ces grands procès qui révèlent des faits de société majeurs ayant marqué l’histoire judiciaire de ces quarante dernières années. Entretien.

www.opera-vichy.com

  Plaidoiries 26 janvier 2020

Dans «Plaidoiries, je vous demande l’impossible», d’après «Les grandes plaidoiries des ténors du barreau» de Matthieu Aron, vous présentez cinq affaires qui ont secoué la France. Pourquoi avoir choisi ces affaires-là ?

Ce sont des affaires qui ont fait évoluer des lois et les mentalités. Sans Gisèle Halimi, Simone Veil n’aurait jamais fait passer la loi pour la dépénalisation de l’IVG. C’est l’avocate, la militante de la première heure en mettant l’avortement au cœur du débat. Dans l’affaire Christian Ranucci, c’est la peine de mort qui a secoué l’opinion publique. Ranucci a été exécuté mais cette plaidoirie a laissé énormément de doutes quant à sa culpabilité. Quelques mois plus tard, Badinter va réussir à sauver la tête de Patrick Henry, bien qu’il soit coupable. Et, par la suite, c’est en tant que Garde des Sceaux, qu’il fait abolir la peine de mort. Autre affaire, celle de Véronique Courjault. Avant la plaidoirie d’Henri Leclerc, on n’avait jamais entendu parler du déni de grossesse. Avec l’affaire Zyed et Bouna, on est devant un énorme fait de société. Elle est à l’origine du soulèvement des banlieues et des émeutes de 2005 qui ont raisonné partout en Europe. Toutes ces affaires sont extrêmement emblématiques et universelles dans le sens où elles parlent à toutes les classes de la société.


Comment revêt-on la «robe» de Gisèle Halimi qui porte la parole des femmes ?

La robe d’avocat a cette vertu de faire disparaître toutes les apparences sociales mais elle a aussi l’intérêt de «désexualiser». En mettant la robe, je deviens Gisèle Halimi. Et puis, je suis le père de trois filles, toute ma vie je me suis retrouvé au cœur des droits des femmes. Je vois bien, à travers elles, ce que vivent les femmes, ce que subissent les filles. Ce n’est donc pas cette plaidoirie qui m’a alerté mais ça m’a donné encore plus envie de la faire !


Pour vous, qu’est-ce qu’un bon avocat ?

Ce qui fait un grand avocat c’est surtout le fond ! Ce qu’il va dire, les mots qu’il utilise, c’est la pensée, c’est son engagement, c’est le regard qu’il porte sur les affaires qu’il plaide, c’est la façon dont il va éclairer les faits d’une façon différente. C’est lorsqu’il donne à penser et à réfléchir.


Si vous aviez une plaidoirie à ajouter à votre spectacle, laquelle choisiriez-vous ?

J’aurais bien aimé faire celle de Badinter dans l’affaire Patrick Henry. Il y a aussi des plaidoiries qui malheureusement n’existent pas comme pour le «mediator» qui pourrait être très intéressante. Parfois, l’affaire peut être importante mais cela ne veut pas dire que la plaidoirie va être bonne. Il en est des plaidoiries comme des «bonnes» ou des «mauvaises» pièces.


Après 40 ans de carrière, que souhaiteriez-vous vivre dans votre métier d’acteur ?

Continuer à monter sur scène ! Mais, ce que j’aimerais vivre, c’est retourner vers des classiques. J’ai commencé par là avec la Comédie française pendant 7 ans. Depuis, je ne joue que des pièces contemporaines mais c’était mon souhait parce que j’estime que j’appartiens à mon siècle et qu’il est normal que je joue des auteurs de mon temps. En revanche, maintenant j’aimerais bien revenir une fois… ou deux à des classiques ! Molière ou Shakespeare particulièrement !


Connaissez-vous la Ville de Vichy ?

J’ai déjà joué à l’Opéra de Vichy, un lieu magnifique que l’on ne peut pas oublier. L’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO serait formidable pour la ville, une reconnaissance à sa hauteur.

Soutenez la candidature de Vichy au Patrimoine Mondial de l'UNESCO !

La ville de Vichy utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site. En savoir plus