portraits-2020.jpg

Portrait(s) 2020

Portrait(s), le rendez-vous photographique de la Ville de Vichy, revient du 17 juillet au 25 octobre ! Découvrez le programme ci-dessous.

Portrait(s)

Portrait(s) en 2019

Portrait(s) en 2018

Portrait(s) en 2017

Portrait(s) en 2016

Portrait(s) en 2015

Portrait(s) en 2014


  Portrait(s) sur Facebook


  Télécharger le dossier de presse

 

Une nouvelle édition du festival Portrait(s) est toujours un évènement.

Evènement artistique, qui met à l’honneur des photographes dont le point commun est de réinventer l’art millénaire du portrait, autrefois pictural, devenu un genre photographique à part entière.

Evènement culturel désormais traditionnel qui, depuis 8 ans, fait entrer en résonance la ville et la photo. Fidèle à son parti pris de départ, Portrait(s) arrache la photographie à ses cimaises habituelles pour l’immerger dans la ville et la vie quotidienne des Vichyssois et des visiteurs de passage.

Evènement vichyssois enfin, qui rappelle l’attachement fort de la Reine des Villes d’eaux à la culture, outil d’animation tout autant que d’attractivité. Sur l’esplanade du Lac d’Allier et au Centre culturel, Portrait(s) contribue pleinement au dynamisme de Vichy et de son tissu commerçant.

Je remercie les photographes qui ont accepté d’y participer, ainsi que les organisateurs dont l’implication et l’enthousiasme, aux côtés des services techniques et culturels de la Ville, permettent à Portrait(s) d’être un festival qui monte !

Merci enfin à tous les Vichyssois pour leur curiosité et leur ouverture d’esprit qui autorisent toutes les audaces.

Je souhaite beaucoup de succès à cette huitième édition de Portrait(s) !

Frédéric Aguilera
Maire de Vichy
Président de Vichy Communauté
1er Vice-Président du Conseil départemental de l’Allier

L’Équipe de Portrait(s) - Vichy Culture a le plaisir d’annoncer le report du Rendez-vous photographique Portrait(s). La huitième édition se tiendra exceptionnellement du 17 juillet au 25 octobre 2020, afin de s’adapter au contexte de la crise sanitaire actuelle et de permettre au public de découvrir les expositions dans des conditions de circulation responsable et fluide.

Pour maintenir cette édition, nous avons dû réadapter le programme, reporter des expositions, inviter de nouveaux photographes, reporter la résidence photographique, ainsi que la publication du livre, et une partie des projets pédagogiques a été annulée.

Les expositions seront présentées en entrée libre sur l’Esplanade du lac d’Allier et au Centre Culturel de Vichy, avec un accès au programme en deux temps. Douze expositions proposant un voyage photographique au coeur de corpus documentaires et de démarches intimes, Portrait(s) poursuit son exploration d’un genre photographique singulier. Plus que jamais, le festival continue de susciter la découverte, la transmission et l’envie de partage.

À partir du 17 juillet sur l’esplanade du lac d’Allier, une exposition en plein air du photographe français Charles Fréger, Cimarron, panorama des mascarades afrodescendantes dans les Amériques.
À partir du 5 septembre dans les galeries du Centre Culturel de Vichy, seront présentées les expositions de Rima Samman, Ed Alcock, Chris Steele-Perkins, Claudine Doury, Paolo Verzone, une carte blanche à la Galerie Les Douches avec Bruce Wrighton, Arlene Gottfried, Paul Pouvreau, Sébastien Camboulive, Alexis Cordesse et Des mots pour voir avec la Fondation d’entreprise Neuflize OBC pour une sélection d’oeuvres de Danielle Levitt extraites de la collection d’entreprise.

Nous remercions chaleureusement nos partenaires de rendre possible ce rendez-vous photographique, et tout particulièrement Neuflize OBC qui plus que jamais à nos côtés, confirme son engagement auprès de Portrait(s) sur les trois prochaines années.  C’est d’autant plus remarquable actuellement !

Dans ce contexte actuel sans précédent, nous adressons un message de soutien à nos consoeurs et confrères qui ont dû annuler leurs festivals - des mois de travail anéantis - aux professions du secteur de la photographie gravement fragilisées : agences photographiques, agents de photographe, galeries, éditeurs, institutions mais avant tout aux photographes.

Chers photographes, notre énergie et notre engagement restent intacts et d’autant plus forts pour vous soutenir.

Bienvenue à Vichy pour la 8e édition de Portrait(s).


Au programme :

Portrait(s) présente douze expositions, se tenant simultanément en centre-ville et à l’extérieur, à ciel ouvert : dans l’espace des galeries du Centre Culturel de Vichy, construit au début du siècle dernier et sur l’esplanade du lac d’Allier.

Sur l’Esplanade du Lac d’Allier

Une partie de la programmation 2020 regroupe des démarches documentaires. La série Cimarron du français Charles Fréger est née de plusieurs voyages à travers les Ameriques entre 2014 et 2018. Le photographe a traversé quatorze pays, du sud des États-Unis au Brésil, et dressé un panorama des mascarades afro-descendantes.

Dans les Galeries d’expositions - Centre Culturel de Vichy

Entre 1976 et 1979, l’Anglais Chris Steele-Perkins a mis en lumière le phénomène culturel des « Teddy Boys » au Royaume-Uni.

Le Franco-Anglais Ed Alcock a suivi et recueilli les paroles et témoignages de Britanniques au fil des avancées et des impasses du Brexit. Sa série See EU later jette un regard mitigé de tendresse, d’ironie et de désillusion sur son pays d’origine.

L’Italien Paolo Verzone a quant à lui sillonné l’Europe afin de réaliser les portraits de jeunes officiers, cadets des plus grandes académies militaires de quatre pays du continent qui forment l’élite militaire de leur pays. Il a posé un regard à la fois espiègle et respectueux sur ces jeunes élèves photographiés dans des lieux symboliques qu’ils ont eux-mêmes choisis.

Une invitation lancée à la galerie parisienne Les Douches permet par ailleurs de découvrir le travail de cinq photographes qui rendent compte des complexités du monde, deux Américains : Arlene Gottfried et Bruce Wrighton, et trois Français, Paul Pouvreau, Alexis Cordesse et Sébastien Camboulive.

Des démarches plus intimes caractérisent le travail de l’artiste et réalisatrice Franco-libanaise Rima Samman et de la Française Claudine Doury. Cette dernière sonde depuis vingt ans les abîmes de l’adolescence, une saison de la vie chahutée de doutes, percluse d’ennui, étoilée d’embrasements soudains. Elle réunit pour la première fois des portraits de jeunes filles et de jeunes hommes issus de séries d’images réalisées au fil de ses voyages en Sologne, en Crimée et en Russie. Quant à Rima Samman, elle collecte depuis des années les photographies anciennes des membres de sa famille, les recolorise et questionne ainsi notre penchant à réinventer et à fantasmer nos identités et nos origines.

Des mots pour voir

Portrait(s) et la Fondation d’Entreprise Neuflize OBC poursuivent le projet innovant mis en oeuvre en 2018 : porter à la connaissance du grand public les trésors de cette collection et susciter un échange grâce à une médiation autour d’une sélection d'oeuvres avec le public, les scolaires, les experts et les artistes.

Cette année, un extrait de la série de la réalisatrice et photographe américaine Danielle Levitt, We are experienced, 2006, est présenté pendant la durée du festival. Portant un regard acéré sur la "pop culture" et la jeunesse américaine dont elle capte les codes, les identités et les modes de vie, Danielle Levitt témoigne avec cette série de ses rencontres aux quatre coins des États-Unis, à la recherche de ce que les jeunes Américains sont aujourd’hui.

Résidence photographique reportée en 2021

Frédéric Stucin est invité en résidence pour le Rendez-vous photographique Portrait(s) et met en lumière Vichy la sportive. Son travail ayant dû être interrompu en raison des mesures gouvernementales prises dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, la restitution de l’exposition ainsi que la publication du livre aux éditions Filigranes sont reportées en 2021.


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
ED ALCOCK
SEE EU LATER

"Tom a voté remain lors du référendum, tandis que son père a voté leave. Les deux hommes sont furieux l’un contre l’autre, et ne se parlent plus."
Pendant quatre ans, Ed Alcock a suivi et recueilli les paroles et témoignages de Britanniques au fil des avancées et des impasses du Brexit, d’Écosse au pays de Galles, en passant par Londres. Né en Grande-Bretagne, ce photographe vit à Paris depuis vingt ans et a demandé la citoyenneté française le lendemain du référendum de 2016. Son travail, soutenu par le quotidien Le Monde, associe démarche documentaire et mise en scène, portraits et citations, pour jeter un regard mitigé de tendresse, d’ironie et de désillusion sur son pays d’origine.

Ed Alcock est membre de l’agence MYOP.

Tom, Bradford, Angleterre, juin 2016. Série See EU later, 2016-2019

Tom a voté “Remain” lors du référendum de 2016, tandis que son père a voté “Leave”. Les deux hommes sont furieux l’un contre l’autre et ne se parlent plus.

Tom, Bradford, Angleterre, juin 2016


Tom voted Remain during the referendum in 2016, whilst his father voted Leave. the two men are furious with one another and are no longer talking.

Tom, Bradford, England, June 2016


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
RIMA SAMMAN
L'AMOUR SE PORTE AUTOUR DU COU

L’artiste et réalisatrice franco-libanaise Rima Samman collecte depuis des années les photographies anciennes des membres de sa famille, dont la plupart sont dispersés dans le monde. Elle recolorise les images à la main, masquant la nostalgie et le sentiment d’éloignement par un geste artistique et réunificateur qui consiste à parer de couleurs pop une mémoire conservée en noir et blanc. En transformant ainsi ses archives familiales, par le biais d’interventions sur les photos mais aussi d’un montage vidéo qui les met en mouvement, elle questionne avec une ambivalence joyeuse notre penchant à réinventer et à fantasmer nos identités et nos origines.

Sans titre, 2019. Série L’Amour se porte autour du cou


EXPOSITION EXTÉRIEURE
ESPLANADE DU LAC D’ALLIER
CHARLES FRÉGER
CIMARRON

Cimarron est le troisième volet d’une série consacrée aux mascarades dans le monde. Après l’Europe, après le Japon, Charles Fréger s’ancre dans les Amériques entre 2014 et 2018, parcourt quatorze pays du sud des États-Unis au Brésil et dresse un panorama des mascarades afro-descendantes. Derrière le spectaculaire des costumes, des parures ou des masques, ces cérémonies qui croisent les cultures africaines, indigènes et post-coloniales sont à lire comme des moments intenses où les fantômes d’anciens captifs se libèrent d’une oppression séculaire.

Ouverture au public le vendredi 17 juillet 2020.

Mas a terre, Baie-Mahault, Guadeloupe, France, série Cimarron, 2014-2018 - © Charles Fréger

Pintao, Barahona, République Dominicaine, série Cimarron, 2014-2018 - © Charles Fréger

Diablicos sucios, La villa de Los Santos, Panama, série Cimarron, 2014-2018 - © Charles Fréger

Coyongos, Soledad, Colombie, série Cimarron, 2014-2018 - © Charles Fréger


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
CHRIS STEELE-PERKINS
THE TEDS

Entre 1976 et 1979, juste avant de rejoindre l’agence de photoreportage Magnum, Chris Steele-Perkins a mis en lumière le phénomène culturel des “Teddy Boys” au Royaume-Uni et produit une série de photographies en noir et blanc déflagrante. Au-delà du look saisissant de ces teenagers - cheveux sculptés à la gomina, pantalons tuyau de poêle.. - le photographe anglais a suivi dans les dancings, les pubs, les parkings, une jeunesse en rupture de ban qui annonçait le mouvement punk. La série The Teds est aujourd’hui un classique de la photographie documentaire sociale britannique.

Chris Steele-Perkins est représenté par l’agence Magnum Photos.

Red Deer, Croydon, 1976. Série TheTeds © Chris Steele-Perkins / Magnum Photos


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
PAOLO VERZONE
CADETS

Dans la continuité de son travail sur l’identité européenne, Paolo Verzone a, de 2009 à 2014, sillonné l’Europe afin de réaliser les portraits de jeunes officiers, cadets des plus grandes académies militaires du continent, en Espagne, France, Grèce et Italie, qui forment l’élite militaire de leur pays. Dans ces lieux porteurs d’une tradition de discipline et d’excellence, synonymes d’un futur assuré à ceux qui les intègrent, les poses de ces jeunes gens sont toutes empreintes de fierté et de la conscience de l’héritage qui pèse sur leurs épaules.

Paolo Verzone est représenté par l’Agence VU’.

Académie Royale Militaire de Breda, Pays-Bas - © Paolo Verzone / Agence VU’

Académie Royale Militaire de Breda, Pays-Bas - © Paolo Verzone / Agence VU’

Académie Royale Militaire de Breda, Pays-Bas - © Paolo Verzone / Agence VU’


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
LES DOUCHES LA GALERIE
CARTE BLANCHE

La galerie parisienne Les Douches met en lumière la diversité de sa programmation à travers deux photographes américains adeptes de la "street photography” et trois photographes français qui interrogent les limites de la représentation. Arlene Gottfried (1950-2017) a capturé dans les années 70 et 80 le multiculturalisme et les personnalités excentriques du quartier de Brooklyn. A la même époque, Bruce Wrighton (1950-1988) a arpenté le pavé Binghamton dans l’état de New York, il a fait le portrait des passants et donné un visage à l’Amérique des villes moyennes. De leur côté, Alexis Cordesse (1971) associe images et mots dans son travail de longue haleine sur le génocide du Rwanda tandis que Sébastien Camboulive (1972) crée des portraits génériques troublants à partir d'une centaine de visages différents compilés et numérisés. Enfin, Paul Pouvreau associe photographie et techniques mixtes, hybride objets et visages prélevées dans les publicités et se joue ainsi des masques sociaux que nous portons tous.

Botticelli Girl, Fire Island, New York, 1977. Série Sometimes overwhelming
© Arlene Gottfried. Courtesy Les Douches La Galerie

Série Ceux du Plateau, 2010.
© Sébastien Camboulive. Courtesy Les Douches La Galerie


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
CLAUDINE DOURY
NOSTALGHIA

Entre l’enfance et l’âge adulte, l’adolescence déploie ses clairs-obscurs. Depuis vingt ans, Claudine Doury sonde les abîmes d’une saison de la vie chahutée de doutes, percluse d’ennui, étoilée d’embrasements soudains. Elle réunit pour la première fois des séries d’images réalisées au fil de ses voyages et de ses obsessions, de la Crimée où elle s’est immergée dans Artek, un camp de vacances pour tendrons de la nomenklatura russe, à la Sologne où elle observe les métamorphoses de sa propre fille Sasha, en passant par Saint-Petersbourg où elle fait le portrait chavirant de jeunes hommes russes.

Claudine Doury est représentée par l’agence VU’ et par la galerie in camera, Paris.

La boule de cristal, 2008. Série Sasha © Claudine Doury / VU’. Courtesy galerie in camera, Paris


FRÉDÉRIC STUCIN
RÉSIDENCE PHOTOGRAPHIQUE REPORTÉE EN 2021

Frédéric Stucin est invité en résidence pour le Rendez-vous photographique Portrait(s) et met en lumière Vichy la sportive. Son travail ayant dû être interrompu en raison des mesures gouvernementales prises dans le cadre de la crise sanitaire actuelle, la restitution de l’exposition ainsi que la publication du livre aux éditions Filigranes sont reportées en 2021.

Frédéric Stucin est représenté par Pasco & Co.


GALERIES DU CENTRE CULTUREL DE VICHY
DES MOTS POUR VOIR
PROJET PÉDAGOGIQUE
PRÉSENTÉ AVEC LE SOUTIEN DE NEUFLIZE OBC

La Fondation d’Entreprise Neuflize OBC présente Des mots pour voir, une exposition pour mettre en valeur les oeuvres de la Collection photographique et vidéographique de la Banque Neuflize OBC.

Portrait(s) et la Fondation poursuivent le projet innovant mis en oeuvre en 2018 : porter à la connaissance du grand public les trésors de cette collection. Un dispositif d’analyse et d’échange autour des oeuvres est proposé via une médiation afin de favoriser une conversation ouverte et continue entre le public, les scolaires, les experts et les artistes.

Cette année, un extrait de la série de la réalisatrice et photographe américaine Danielle Levitt, We are experienced, 2006, est présenté pendant la durée du festival. Les commentaires du public recueillis par la médiatrice en amont de l'exposition sont diffusés dans la salle d’exposition. Depuis ses débuts comme reporter chargée de prendre le pouls des tendances de la rue, Danielle Levitt, née en Californie et installée à New York depuis 1993, est reconnue pour la pertinence de son regard sur la “pop culture”. Travaillant pour la presse, la publicité et la mode, elle développe un corpus photographique consacré à la jeunesse américaine dont elle saisit les codes, les identités et les modes de vie. Sa série We Are Experienced témoigne de ses rencontres aux quatre coins des États-Unis, à la recherche de ce que les jeunes Américains sont aujourd’hui. Qu’elle les photographie chez eux ou à l’extérieur, en soirée ou sur leur campus, seuls ou en groupes, posant de manière plus ou moins coopérative, Danielle Levitt capte l’apparence, le goût pour la mode et les physiques changeants de cette génération du Millénaire dont elle aime la diversité et la sensibilité.

Extrait du texte de présentation de Clément Dirié

Médiation : Juliette Russier
Montage sonore : Serge Richard

Alana, 14 Studio City, California, 2006. Série We are experienced, 2006 © Danielle Levitt
Collection d’entreprise Neuflize OBC


CENTRE CULTUREL DE VICHY
PORTRAIT(S) S’INVITE À L’ÉCOLE
PROJET PÉDAGOGIQUE

La crise sanitaire actuelle qui a provoqué la fermeture des écoles nous a conduit à réadapter le programme envisagé afin de proposer d’autres actions aux nouvelles dates du festival, parallèlement à la rentrée scolaire.

Portrait(s) proposera un cycle de visites guidées des expositions ainsi qu’un atelier à destination des écoles à partir de septembre. Cet atelier d’éducation à la photographie et à la création sera animé par Jérôme Schirtzinger, du Service des expositions et Christophe Darbelet, photographe.


Les temps forts :

  • Vendredi 17 juillet :
    Ouverture au public de l’exposition de Charles Fréger, Cimarron (2014-2018) sur l’esplanade du lac d’Allier
  • Samedi 5 septembre :
    • 18H : Vernissage des expositions dans les Galeries du Centre Culturel de Vichy.
      Déambulation en musique
    • 19H : Vernissage de l’exposition de Charles Fréger sur l’Esplanade du Lac d’Allier

CANICULE : Protégez-vous et protégez vos proches ! Pensez à vous signaler ou à signaler toute personne fragilisée, âgée ou isolée autour de vous : 04 70 97 18 50

La ville de Vichy utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies sur ce site. En savoir plus